«Le journal — ce livre apparemment tout à fait solitaire — est souvent écrit par peur et angoisse de la solitude qui arrive à l’écrivain de par l’œuvre.»
(Maurice Blanchot)