Pour un photographe lecteur

December 27, 2017  •  Laisser un commentaire

© Baptiste Guilbert © Baptiste Guilbert 


 

  J'adore les livres, à la fois pour leur contenu mais aussi pour leur qualité simple d'objet. Le livre, les reliures parfois abimées, les pages cornées qui jaunissent, mais les mots qui ne disparaissent jamais. Comme une photographie, l'impression d'un instant fugace à travers les mots et les lignes, fixées à jamais sur le papier, tantôt d'une précision ciselée, tantôt totalement vaporeux. Pour combler ce besoin inéluctable de vouloir tout éterniser – rendre éternel –, c’est la photographie qui apparaît comme une évidence. Je ressens comme un besoin irascible de fixer les choses, témoigner compulsivement de l’instant, peut-être de peur que ces instants m’échappent. Suspendre la mémoire me paraît primordial, que ce soit par la photographie mais également par l’écriture – et la littérature de manière générale. Les deux s’opposent, la littérature est d’une terrible lenteur tandis que la photographie d’une fulgurante rapidité. Leur complémentarité paraît alors évidente.

   C’est pourquoi je milite pour un photographe lecteur, de l’importance de la lecture pour un photographe. Il faut apprendre à se figer pour pouvoir figer l’instant. C’est également pourquoi il y aura sur ce site un sélection mensuelle et personnelle de livres, parfois des livres photos parfois pas du tout, mais qui ont tous le point commun de m’avoir apporté une certaine ouverture, d’avoir pu élargir ma vision, et de manière plus concrète ceux qui m’ont enrichi en tant que personne mais également en tant que photographe. Parce qu’il y a une littérature de photographe, dans l’immédiat je pense à Hervé Guibert (surtout connu pour ses romans et son métier de journaliste, mais également photographe), mais il y en tant d’autres que je ne voudrais pas m’étaler ici pour pouvoir les développer ailleurs.

   À bientôt !

  

 


Commentaires

Aucun commentaire publié.
Chargement...